Serge (xgrbml) wrote,
Serge
xgrbml

К предыдущей записи

Ну и давайте вспомним тех, кто компромисса не искал. Под катом — отрывок из поэмы Агриппы д'Обинье. Я не нашел в сети ничего внятного о нем по-русски или по-английски (по-французски — вот). Если коротко, то он был активным участником религиозных войн, близким соратником Генриха Наваррского. Когда последний, став королем Генрихом IV, перешел в католицизм, Агриппа воспринял это как предательство.

Приведенный ниже отрывок соврешенно прекрасен, по-моему.

Resjouyssez-vous donc, ô vous, ames celesetes!
Car vous vous referez de vos piteuses restes:
Resjouyssez-vous donc, ô corps ensevelis!
Heureux, vous reprendrez vos plus heureux esprits.
Vous voulustez, esprits, et le ciel et l’air fendre
Pour aux corps preparez du haut du ciel descendre;
Vous les cherchastes lors; ore ils vous chercheront;
Ces corps par vous aimez encore vous aymeront.
Vous vous fistes mortels pour vos pauvres femelles,
Elles s’en vont pour vous et par vous immortelles.

Mais quoy! C’est trop chanté, il faut tourner les yeux,
Esblouys de rayons, dans le chemin des cieux.
C’est fait: Dieu vient regner: de toute prophetie
Se void la periode a ce poinct accompkie.
La terre ouvre son sein; du ventre des tombeaux
Naissent des enterrez les visages nouveaux:
Du pré, du bois, du champ, presque de toutes places,
Sortent de corps nouveaux et de nouvelles faces.
Icy les fondement des chasteaux rehaussez
Par les ressuscitants promptement sont percez;
Icy un arbre sent des bras de sa racine
Grouiiler un chef vivant, sortir une poictrine;
Là l’eau trouble bouillonne, et puis, s’esparpillant,
Sent en soy des cheveaux et un chef s’esveillant.
Comme un nageur venant du profound de son plonge,
Tous sortent de la mort comme l’on sort d’un songe.
Les corps par les tyrans autresfois deschirez
Se sont en un moment en elurs corps asserrez,
Bien qu’un bras ait vogué par la mer escumeuse,
De l’Afrique bruslée en Tyle froideuse,
Les cendres des bruslez volent de toutes parts;
Les brins, plus tost unis qu’ils ne furent espars,
Viennent à leur posteau en cette heureuse place,
Rians au ciel riant d’une agreable audace.

Полный текст поэмы нашел в google books.

Update: в комментарии sea_mammal отличный перевод.
Tags: ссылки, чтение
  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic

    Your reply will be screened

    Your IP address will be recorded 

  • 8 comments